Quand j'ai créer le blog et la page facebook associée je voulais bien sûr partager avec vous des articles intéressants que l'on peut trouver sur la toile, mon expérience à travers mon métier d'assistante maternelle et de future maman mais aussi des témoignages de personnes qui vivent des bons moments ou qui ont des coup de coeur pour des articles de puériculture, des bons plans ou astuces mais aussi des expériences au un peu plus douloureuses...

LE DON D'OVOCYTES

Dans la partie "avant" grossesse nous ne partons pas tous avec les mêmes chances de concevoir un enfant plus ou moins rapidement...La science et la médecine ont beaucoup évolués et elles permettent depuis des années déjà à des hommes et des femmes de devenir parents...

Aujourd'hui nous allons parler d'un sujet que peu de gens connaissant qui est le don d'ovocytes car il y a des hommes infertiles commes il y a des femmes, cette incapacité à concevoir totale ou partielle touchent de plus en plus d'être humains à cause de plusieurs facteurs que peut être : l'environnement, l'hygiène de vie, les gênes...et dont on ne connait encore pas toutes les causes...

 

En première partie je vous laisse lire la démarche théorique et en seconde partie le témoignage d'une fan de la page facebook et qui souhaite faire partie de ces bonnes fées...

 

Partie 1 :

Comment se passe le don ?

Les deux grandes étapes du don d’ovocytes

 

Etape n°1 – La préparation du don

L’INFORMATION

Réalisée lors d’une première consultation, cette étape est indispensable pour aborder toutes les questions, y compris celle de la contraception.

LE CONSENTEMENT

La donneuse doit signer un formulaire de consentement au don, ainsi que l’autre membre du couple, si la donneuse vit en couple.

LE BILAN PRÉALABLE

L’évaluation de l’état de santé de la donneuse comporte l’étude de ses antécédents familiaux et des examens cliniques et biologiques.

Ce bilan permet de mieux connaître la fertilité de la donneuse et d’éliminer toute contre-indication au don.

L’ENTRETIEN AVEC UN PSYCHOLOGUE OU PSYCHIATRE

Pour la donneuse et éventuellement l’autre membre du couple, si la donneuse vit en couple, cet entretien représente un temps de parole libre et propice à la réflexion sur la démarche du don dans un cadre neutre (ni famille, ni amis) et personnalisé. L’entretien avec le psychologue ou le psychiatre de l’équipe médicale est recommandé et pourra être renouvelé à la demande.

Etape n°2 – La stimulation et le prélèvement

LA STIMULATION DES OVAIRES

Elle dure 10 à 12 jours. Elle permet d’aboutir à la maturation de plusieurs ovocytes. Elle est généralement réalisée par la donneuse elle-même ou par une infirmière grâce à des injections sous-cutanées quotidiennes. Le plus souvent, cette phase de stimulation est précédée d’une ou plusieurs injections pour mettre les ovaires au repos.

UNE SURVEILLANCE ATTENTIVE

Pendant la période de stimulation, 3 à 4 prises de sang et/ou échographies ovariennes permettent d’évaluer la bonne réponse au traitement.

La stimulation est ainsi adaptée au fur et à mesure. Cette surveillance permet également de fixer le jour et l’heure de la dernière injection qui achève la maturation des ovocytes.

LE PRÉLÈVEMENT DES OVOCYTES

C’est la dernière étape du don.

Il a lieu au cours d’une hospitalisation d’un jour, 35 à 36 heures après la dernière injection. Il s’effectue par voie vaginale sous contrôle échographique et sous analgésie ou anesthésie. La donneuse peut ensuite quitter l’hôpital, à condition d’être accompagnée.

Tous les ovocytes sont destinés à des couples receveurs préalablement choisis, mais que la donneuse ne connaît pas. Après le prélèvement, les ovocytes sont confiés au laboratoire pour une fécondation in vitro.

Ils peuvent, depuis la révision de la loi de bioéthique en juillet 2011, être conservés à très basse température (vitrification ovocytaire) pour une fécondation in vitro ultérieure.

Le don d’ovocytes est une technique maîtrisée qui existe depuis plus de 25 ans en France.

 

Partie 2  par Vanessa :

"

Le don d’ovocytes…..

 

Je m’appelle Vanessa, je vais avoir 29 ans et j’ai deux enfants.

 

J’en avais entendue vaguement parler, je suis tombée par hasard sur des pages facebook… j’ai posé des questions…. Bref j’ai décidé de me lancer dans l’aventure !

Enfin…. Après ma grossesse en cours forcément.

 

Ayant accouché… je retourne donc sur les groupes où j’étais, et je cherche un couple à parrainer (pourquoi parrainer un couple ? si un couple accompagne une donneuse ça leur permet d’avoir plus rapidement leur don, dans certains CECOS ( Centre d'Etude et de Conservation des Oeufs et du Sperme Humains ) ils y a deux listes : une avec et une sans donneuse, dans d’autres CECOS, une seule liste mais quand arrive le tour [généralement c’est par deux couples], le couple ayant une donneuse sera en priorité pour le don (cas sur Grenoble où je suis))

ATTENTION : le don est anonyme…. Nous ne sommes pas la donneuse du couple qu’on parraine !

Mais plus il y a de donneuse, plus vite ça va…. CQDF.

Je prends donc rdv au CECOS de Grenoble, j’ai un rdv quelques mois après (c’est « long »), avec une psychologue, la biologiste et la généticienne.

 

Je vois en premier la psychologue, qui « vérifie » si on a bien compris en quoi ça consistait, comment ça va se passer, comment on a connu la marche à suivre etc etc….

Je vois ensuite la biologiste et la généticienne. Je remplis avec elle un questionnaire médical très poussé (pour écarter tout risque de transmission de maladie génétique) et j’apprends que…. Je ne pourrais pas faire mon dons de gamète de suite car j’ai un IMC <34.

 

En quoi le poids joue t’il pour un don  d’ovocyte ?!  Pour la receveuse ils prennent le risque même si elle est en surpoids. Pour la donneuse ils ne prennent aucun risque pour le prélèvement. Avec un surpoids le souci majeur est une thrombose veineuse profonde (phlébite) qui peut se transformer en embolie pulmonaire. Il faut donc que je perde du poids, et que je sois stable durant au moins 3 mois pour permette de faire la stimulation ovarienne (injection à faire) puis le prélèvement.

 

Ensuite, elles me donnent des papiers à remplir, à signer dont le consentement du conjoint. Il faut sa signature (donc son accord)

 

Pourquoi ?  Je suis pourtant libre de mon corps, je ne comprends pas pourquoi j’ai besoin de l’autorisation de mon époux ! Elles me répondent que, ayant des enfants en commun, lors de mon don de gamète, je donne 50% du patrimoine génétique de mes enfants, donc je dois avoir l’accord du père pour le faire.

 

Pour gagner du temps, j’ai déjà fait mes examens sanguins dont le caryotype (mon tableau de chromosomes), une fois que j’aurais perdu du poids, je dois reprendre rdv avec eux pour réaliser mon protocole de stimulation, qui consiste à me faire des injections pour me faire ovuler (et avoir plusieurs ovulation en même temps pour avoir plusieurs ovules a prélever), 36h après la dernière injection, on rentre à l’hôpital pour le prélèvement (sous anesthésie locale généralement, on peux le faire sous anesthésie générale aussi par voie vaginale)

 Pour faire un don d’ovocyte il faut :

  •   Avoir au moins un enfant
  •   Etre âgé de 18 à 37 ans
  •  Avoir un imc >34
  •  Etre en bonne santé

 

Merci à elle de nous avoir fait partager son expérience, je lui souhaite de rendre heureux de nombreux couples qui attendent cet instant magique de pouvoir enfin dire "on est parent"...

indexGrande